labouilladissecyclisme.com - - Tél.
Section Cyclisme du CSB - Stade Robert Conti - 13720 La Bouilladisse - Plan
Nos sponsors
et partenaires
9 TOURS DE FRANCE, 5ème EN 78, 6ème EN 80 ET 2 VICTOIRES D'ÉTAPES EN 78 ET 79, CHRISTIAN SEZNEC ROULE MAINTENANT QUE POUR LE PLAISIR À LABOUILLADISSECYCLISME.COM

Christian Seznec, comment es-tu devenu coureur cycliste ?
À 12 ans en 6ème dans la région parisienne j'allais à l'école en vélo régulièrement et le jeudi avec un copain il nous arrivait de faire 160 km avec une vieille bécane. Passion tout de suite et je n'ai plus lâché le vélo. Seul sportif de ma famille je suis devenu pro parce qu'on on est venu me chercher pour mes résultats. Devenir pro n'était pas pour moi un objectif.

Tu as été un grand coureur pro des années 70 - 80. Peux-tu en dire quelques mots à nos amis de labouilladissecyclisme.com ? les autres champions, l'ambiance,...
Je suis passé pro en 1975 dans l'équipe Mercier pendant 7 ans et j'ai quitté le professionnalisme en 1984. Pour la petite histoire même période d'activité (1975 - 1984) que Bernard Hinault. En 1975 chez Mercier je faisais chambre avec notre Poupou national, mon leader. Ce fut ensuite Zoetemelk, vainqueur du Tour 80. Moi-même j'ai fini 5ème du Tour 78 (vainqueur Hinault) et 6ème en 1980 avec 2 victoires d'étape en 78 et 79. J'ai fait 9 Tours de France et également un tour d'Italie et un tour d'Espagne. L'ambiance était plus à la rigolade avec moins d'argent et moins de pression qu'actuellement. Lors de ma première année de Pro en 75 pour la Semaine catalane en Espagne, course par étapes : j'ai gagné une étape devant Merckx, Gimondi et Ocaña.

Christian Seznec
Christian Seznec aux couleurs de
l'équipe Mercier de 1975 à 1982


Et si c'était à refaire ?

Oui, bien sûr mais avec les salaires actuels nettement plus élevés que ceux de l'époque. C'est l'arrivée de Tapie, créant " La Vie Claire " avec Hinault comme leader qui a fait monter les salaires d'une façon spectaculaire. Avant ne gagnaient des salaires confortables que ceux qui avaient de gros résultats dans le Tour en particulier, les critérium d'après Tour rapportaient bien ; l'équipier modèle gagnait peu.


Christian Seznec (au centre) aux couleurs de
labouilladissecyclisme.com
en juin 2005 dans le Ventoux

 

Ton meilleur souvenir, le pire et ton rêve de coureur ?
Le Meilleur : vainqueur de l'étape du Tour 1978 à Morzine. 1ère victoire d'étape avec 10 minutes d'avance sur Hinault à l'issue de 200 km d'échappée avec René Bittinger qui s'écroule à 20 km de l'arrivée.

Le Pire : abandon au Tour 84 dans la dernière étape des Alpes suite à une tendinite au genou due à un problème technique de cales alors que j'étais classé dans les 20 premiers et en très bonne condition.

Mon Rêve : gagner un Tour de France évidemment. Pour cela, il faut être aussi un bon rouleur et puissant contre la montre. Or le contre la montre était trop difficile pour moi. Le Tour c'est l'épreuve qui motive le plus un pro. Mais n'importe quelle victoire est une joie immense, c'est merveilleux ça encourage. Gagner une ou deux fois par an c'est bien et ça montre un bon entraînement.

Suite de l'interview ...